Sitemap
Partager sur Pinterest
Les chercheurs ont trouvé des preuves que la faim était liée au sentiment d'irritabilité et de colère.Lumina/Stocky
  • Des scientifiques européens ont trouvé de nouvelles preuves qui soutiennent une association entre la sensation de faim et les émotions négatives.
  • Ces chercheurs ont exploité la technologie des smartphones pour aider à capturer les sentiments de faim et l'état émotionnel des gens en temps réel.
  • Le contexte dans lequel les gens peuvent ressentir la faim pourrait également exercer une influence inconsciente sur les émotions et les comportements.

Le terme "hangry" a été inventé en 1918 pour décrire l'irritabilité ou la colère due à la faim.Des preuves anecdotiques et cliniques montrent que la faim peut affecter les émotions et le comportement.

Une nouvelle étude, menée par des scientifiques du Royaume-Uni et d'Autriche, examine comment la faim et les émotions interagissent au quotidien.

Leurs résultats indiquent que la faim peut en effet être étroitement liée à des sentiments de colère, d'irritabilité ou de manque de plaisir.

L'auteur principal Viren Swami, professeur de psychologie sociale à l'Université Anglia Ruskin de Cambridge, au Royaume-Uni, a déclaré que cette étude est la première à explorer le fait d'être « affamé » dans le quotidien plutôt qu'en laboratoire.

Les découvertes apparaissent dansPLOS ONE.

Les mesures de l'application étant "hangry"

Dr.Swami et ses co-auteurs ont recruté 121 adultes et 64 ont terminé l'étude.Ils étaient âgés de 18 à 60 ans.

Les femmes représentaient 81,3 % de l'échantillon.Personne n'a répondu « différent » ou « ne veut pas répondre » concernant l'identité de genre.

Les chercheurs ont utilisé la méthode d'échantillonnage par expérience (ESM), qui a incité les participants à répondre à de courtes enquêtes de manière semi-aléatoire cinq fois par jour pendant 21 jours.Cela visait à enregistrer des récits instantanés d'expériences de faim et de bien-être émotionnel.

Dr.Stefan Stieger, professeur de psychologie à l'Université des sciences de la santé Karl Landsteiner à Donau, en Autriche, a coordonné le travail de terrain.Il a commenté : "Cela nous a permis de générer des données intensives […] d'une manière impossible avec la recherche traditionnelle en laboratoire."

Les participants ont téléchargé une application smartphone ESM pour saisir leurs données et garantir l'anonymat.

Sentiments auto-déclarés ?

Cette analyse reposait sur des évaluations autodéclarées, que des recherches antérieures indiquent comme des évaluations fiables de la faim.

Dans une interview accordée à Medical News Today, le Dr.Swami a expliqué :

« Nous n'avons pas mesuré les marqueurs physiologiques de la faim. Cependant, les auto-déclarations de la faim (c'est-à-dire la façon dont les participants ressentent subjectivement leur niveau de faim) sont significatives dans le contexte de l'émotivité. Étant donné que la faim autodéclarée dépend probablement d'une prise de conscience des signaux de la faim, on peut peut-être supposer qu'elle reflète la mesure dans laquelle les effets physiologiques de la faim se sont traduits en processus de prise de conscience et d'attribution. "

"En tant que telle, la faim autodéclarée reste précieuse en soi, d'autant plus que les évaluations de la faim sont fiables à la fois lorsqu'elles sont faites immédiatement et après plusieurs jours lorsqu'elles sont testées dans des conditions similaires", a-t-il ajouté.

Les participants ont soumis des détails sur l'âge, la nationalité, l'état actuel de la relation, le poids, la taille et l'éducation avant de répondre aux enquêtes.

Les questions concernaient les sentiments actuels de faim, d'irritabilité et de colère.Ils ont également signalé leur état émotionnel actuel et leur niveau de vigilance.

Lien substantiel avec les émotions

Même après avoir pris en compte les facteurs démographiques et les traits de personnalité individuels, les données ont révélé que la faim peut facilement se transformer en "cintre".

La faim était corrélée à une variance de 56 % de l'irritabilité, une variance de 48 % de la colère et une variance de 44 % du plaisir parmi les participants à l'étude.

De plus, ces écarts ont coïncidé avec des fluctuations quotidiennes de la faim et des niveaux moyens de faim au cours de la période de trois semaines.

Les professeurs ont déclaré : "[On] pourrait suggérer que l'expérience de la faim se traduit par des émotions négatives via une gamme d'indices situationnels et de contextes quotidiens qui sont perçus négativement [...]"

"En d'autres termes, la faim peut ne pas conduire automatiquement à des émotions négatives, mais étant donné que les inférences sur la signification de l'affect ont tendance à être relativement automatiques et inconscientes, il ne faut pas grand-chose pour que les personnes affamées ressentent de la colère et de l'irritabilité."

Les mouches des fruits « affamées »

Des chercheurs de l'Université d'East Anglia (UEA) à Norwich, en Angleterre, ont découvert que les insectes peuvent également présenter des tendances « affamées ».

Dr.Jen Perry, de l'École des sciences biologiques de l'UEA, était l'auteur principal d'une étude observant ce comportement chez les mouches des fruits.Elle n'était pas impliquée dans le Dr.L'étude de Swami.

Dans une interview marquant la publication de son étude, le Dr.Perri a dit :

"Nous avons constaté que les mouches des fruits mâles affamées affichent plus d'hostilité les unes envers les autres. Ils sont plus susceptibles de se jeter agressivement l'un sur l'autre et de se frapper l'un l'autre avec leurs jambes (comportement d'escrime), et ils passent plus de temps à défendre les plaques de nourriture.

Limites et points forts

Les chercheurs ont reconnu plusieurs "facteurs limitants" concernant leur étude.

Premièrement, la conception de l'étude a rendu impossible de peser des «contextes situationnels spécifiques» avec chaque participant et chaque scénario.De plus, l'utilisation de mesures à un seul élément pour mesurer l'irritabilité et la colère n'a pas permis aux scientifiques d'explorer les «nuances potentielles» de chaque expérience.

Dr.Swami a noté que lui et ses partenaires ne mesuraient que la colère, l'irritabilité, l'excitation et le plaisir.Ils ont exclu d'autres états émotionnels pour limiter le fardeau des sujets de l'étude.

MNT a demandé au Dr.Swami si l'étude tient compte des problèmes de santé mentale ou d'autres déclencheurs qui peuvent avoir amené certains participants à avoir des émotions négatives.

Le professeur a répondu : « Ce n'était pas le but de l'étude (c. Cependant, nous avons mesuré et contrôlé le trait de colère.

Il a ajouté que l'analyse de la façon dont les émotions auraient pu contribuer aux sensations de faim dépassait le cadre du présent travail.

Gérer les émotions

La présente étude ne propose pas de méthodes pour réduire les sentiments négatifs liés à la faim.

Cependant, le Dr.Swami a noté : "[... la recherche] suggère que le fait de pouvoir étiqueter une émotion peut aider les gens à la réguler, par exemple en reconnaissant que nous nous sentons en colère simplement parce que nous avons faim."

Il espère qu'"une plus grande prise de conscience d'être" affamé "pourrait réduire la probabilité que la faim entraîne des émotions et des comportements négatifs chez les individus".

Toutes catégories: Blogs